Hadopi : bientôt la fin de la Haute Autorité après l’élection ?

HadopiPeu de politique osaient s’attaquer à la machine à Gaz qu’est Hadopi durant la campagne.

Créée en 2009 sous Sarkozy, la Haute autorité devait normalement disparaître sous François Hollande.

Mais elle existe toujours… Pour combien de temps ? Macron, le nouveau président de la République va-t-il enterrer le gendarme du net à la française ou au contraire le renforcer.

Hadopi, un bilan qui interroge sur son avenir

Les droits d’auteur et la protection de la propriété intellectuelle représente les pierres angulaires du modèle économique de l’industrie du divertissement.

Mais la mondialisation, internet et le téléchargement illégal sont en train de changer la donne. Au grand damne des ayants droit qui crient au vol. Ils estiment ainsi les pertes, dommages et intérêts à des milliards de dollars…

En France, Hadopi était censé mettre fin au téléchargement illégal. Mais est-ce que le flic du net a remplis sa mission. Rien n’est moins sûr.

En effet, la riposte graduée ne semble pas avoir apporté de grandes modifications chez les internautes. Le piratage est toujours d’actualité en France.

De nouvelle forme de consommer des biens culturels sont d’ailleurs apparues : il s’agit notamment du streaming. Et Hadopi ne peut agir à ce niveau.

Pour les amateurs de BiTorrent, l’utilisation d’un VPN comme Hidemyass, VyprVPN ou NordVPN suffit pour contourner la surveillance du réseau. Les internautes profitent alors d’une navigation anonyme et sécurisée.

Les résultats de la Hadopi sont donc plutôt mitigés. L’institution a d’ailleurs faillit disparaître à plusieurs reprises. Face à un tel bilan, que va faire Macron ?

Que va faire Macron ?

Pour faire simple : la Hadopi, depuis sa création ça représente plus de 60 millions d’euros de dépense, pour 7,5 millions d’avertissements envoyés mais seulement 72 condamnations…

En parallèle, environ 13 millions d’internautes français reconnaissent avoir consommé illégalement au moins un contenu protégé par le droit d’auteur. Le manque à gagner serait ainsi estimé à plus d’un milliard d’euros pour les industriels du divertissement.

Disparition ou non, pour le moment on ne peut rien affirmer sur le sujet. Mais au regard de ces résultats, l’institution va forcément s’inviter au cœur des débats.

Macron avait avant son élection plaidé pour un renforcement de la structure et de ses moyens. L’avenir nous dira sous quelle forme ça va se matérialiser.

×

Réduction de rêve -55% de réduction sur les abonnements Hidemyass de un an jusqu'à fin septembre Obtenez la promotion