Hadopi vous permet de dénoncer les abus des DRM

HadopiHadopi, le gendarme du net à la française ne fait pas que dans la répression.

Après son étude sur les usages des 8/14 ans, elle lance un questionnaire afin de promouvoir l’offre légale.

C’est dans cette optique qu’un questionnaire est désormais disponible en ligne : il permet de dénoncer les abus des DRM.

Vous avez dit « DRM » ?

Les DRM pour Digital Rigths Management ou gestion numérique des droits (GND) sont tous les dispositifs mis en place par les ayants droit afin de contrôler l’utilisation des biens numériques.

Autrement dit, ce sont toutes les restrictions que les ayants droit mettent en place pour empêcher le consommateur d’utiliser les œuvres acquises légalement comme bon lui semble.

Il s’agit en quelques sortes de cadenas numériques qui empêchent par exemple au consommateur de regarder un bien culturel sur différents supports ou d’en faire une copie.

Et force est de constater que les ayants droit n’hésitent pas à mettre en place des restrictions de plus en plus contraignantes.

Dans bien des cas ces DRM sont carrément abusives. C’est par exemple le cas avec iTunes ou encore Netflix, pour ne citer qu’eux.

A la base, ces DRM sont donc mis en place pour lutter contre le piratage. Dans bien des cas, ils limitent exagérément l’utilisation des consommateurs. C’est pour cette raison que Hadopi a donc décidé de réagir.

Hadopi propose une fausse solution contre les DRM

Un questionnaire est désormais disponible sur le site de la Hadopi. Ce questionnaire permet aux utilisateurs d’informer Hadopi des DRM abusifs.

Il s’agit pour l’institution de rétablir l’équilibre entre droit d’auteur et droit du consommateur. L’idée en réalité c’est de booster l’offre légale.

Dans bien des cas en effet, ces DRM sont vécus comme des freins pour les consommateurs. Ces restrictions découragent ainsi plus d’un internautes à se tourner vers l’offre légale.

Ce questionnaire qui cherche donc à « affiner la typologie » des DRM afin de mieux identifier les difficultés des consommateurs s’avèrent en réalité plutôt inutile.

La Hadopi ne va entamer aucune procédure juridique contre les abus dénoncés. Au mieux, l’institution va sensibiliser éditeurs, diffuseurs et distributeurs.

Ce questionnaire nous fait donc penser à la riposte graduée. Tout deux semblent en effet inefficaces. Chacun sait que pour contourner la surveillance de Hadopi, il suffit de passer par un VPN comme Hidemyass, VyprVPN ou NordVPN.

A l’image de sa mission principale, la lutte contre le piratage, la promotion de l’offre légale ne semble donc pas être très convaincante non plus. Pas sûr du tout en effet que les ayants droit concernés vont réellement changer leur manière de faire.