Roku : l’interdiction des ventes au Mexique finalement suspendue

Judge, law, lawyer and Justice concept with a close-up 3d rendering of a gavel on a wooden desktop with brown background.Il y a quelques jours, une Cour Fédérale du Mexique avait interdit l’importation et la vente des dispositifs Roku au Mexique.

Un juge vient tout juste de suspendre cette interdiction, au moins temporairement.

Roku se dit satisfait de cette nouvelle décision de Justice.

L’entreprise a ajouté qu’elle continuera à travailler avec les industriels du divertissement sur des mesures anti-piratage.

Une interdiction temporaire pour la vente des appareils Roku

La semaine dernière, la Cour Supérieure de Justice de la ville de Mexico avait interdit la vente des appareils Roku. Un peu comme un VPN comme Hidemyass, VyprVPN ou NordVPN, ces appareils permettent de profiter plus largement des possibilités numériques actuelles.

Cette interdiction empêchait ainsi aux entreprises comme Amazon, Liverpool, El Palacio de Hierro et Sears d’importer et aussi de vendre les appareils de la discorde.

De plus, quelques banques avaient également reçu l’interdiction de prendre en charge les mouvements bancaires des comptes liés à une utilisation pirate.

En effet, si Roku en soit ne propose aucun contenu pirate, d’autres s’en servent à cette fin. Des chaînes pirates tierces utilisent ainsi la technologie pour proposer d’autres applications qui ne sont pas vendues sur le site Roku Channel Store.

C’est Cablevision qui avait porter plainte contre cette utilisation illégale. Plainte qui avait aboutit à l’interdiction.

Après seulement quelques jours d’effectivité, l’interdiction a donc finalement été levée.

La vente de nouveau autorisée

L’interdiction levée, les vendeurs locaux peuvent donc reprendre le négoce des appareils Roku. Au moins pour un moment.La décision de justice antérieure avait soulevé de vives critiques un peu partout dans le monde.

Steve Kay, conseiller général de Roku se dit satisfait de cette nouvelle décision. « Roku est satisfait de cette décision du tribunal qui ouvre de nouveau la voie à la commercialisation des appareils Roku ».

Pour le moment, cette nouvelle suspension de l’ordonnance est temporaire. Le Tribunal veut sans aucun doute examiner le cas plus en détail.

Les lecteurs en streaming sont aujourd’hui considérés comme une menace sérieuse par les industriels du divertissement. Mais cette décision semblait tout de même abusive.

Dans un sens, interdire Roku c’était comparable à interdire le navigateur Chrome sous prétexte que certains modules permettent de diffuser des films piratés.

Roku a pour sa part affirmer qu’il allait continuer à travailler en collaboration avec les industriels du divertissement. L’objectif : éviter au maximum que sa plateforme ne soit utilisée à des fins illégales.

Key a ainsi déclaré « le piratage est un problème auquel les industriels doivent faire face.

Nous interdisons toute violation des droits d’auteur sur notre plateforme. Nous travaillons activement pour empêcher à des tiers d’utiliser notre plateforme pour distribuer du contenu piraté. De plus nous avons déjà travailler dans d’autres secteurs de l’industrie pour mettre en place des initiatives anti-piratages.