Hadopi : on s’emmêle les pinceaux chez les politiques

Ces derniers temps Hadopi fait beaucoup parler d’elle. Comme toujours critiquée, une réforme de la fameuse riposte graduée serait envisagée… ou non.

Une évaluation serait également en train d’être exécutée par Le Ministère de la Culture, ou non…

Il y a beaucoup de cafouillage autour de ce sujet. Et certains politiques semblent avoir la langue un peu trop tendue.

Cafouillage sur le terrain houleux de la Hadopi

A l’origine de ce cafouillage politique, le Secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Majhoubi. Il aurait lancé une phrase qui a fait l’effet d’une bombe.

Selon lui, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen devrait donner sous peu les conclusions sur la mission d’analyse de l’efficacité d’Hadopi qu’elle aurait demandée. Cette sortie na pas du tout plu.

Pourquoi un tel effet ? Parce que l’existence de la Hadopi est souvent remise en question. Mais surtout parce que personne n’avait encore abordé le sujet dans le gouvernement.

Ce qui se passe du côté de la Rue du Texel avait été soigneusement gardé à l’écart, à l’ombre. Il faut dire que le sujet est particulièrement sensible.

Alors forcément lorsque le Secrétaire d’Etat lance que depuis le Ministère de la Culture une mission d’évaluation a été commanditée et que ce n’est pas le cas : ça tâche !

Et le cabinet de Françoise Nyssen a donc réagit aussi rapidement qu’il le pouvait. Aucune mission d’évaluation n’aurait été lancée depuis le Ministère de la Culture. Et c’est garanti à « 600 000 % » affirme-t-on.

Alors que quoi parlait M. Majhoubi ? Très certainement de l’évaluation juridique demandée aux deux conseillers d’Etat afin d’évaluer la possibilité de mettre en place un système d’amendes pour les internautes.

Si ce système était d’ailleurs finalement mis en place, l’utilisation d’un VPN comme NordVPN, Hidemyass ou VyprVPN serait encore plus nécessaire. Le système d’amende serait en effet automatisé, et les « prunes » risquent donc de pleuvoir abondamment…

Depuis le Ministère de la Culture, on renchérit : il ne faudrait tout de même pas confondre une mission de la Hadopi elle-même avec l’une du Ministère de la Culture qui en réalité n’existe pas !

Mounir Majhoubi a donc dû faire marche arrière… Depuis son cabinet on explique donc que ses propos auraient dépassés sa pensée. Le terme mission n’aurait été employé que dans sa plus simple acceptation… Bref, tout le monde veut se laver prestement les mains.

Et pourtant, pour certains c’est bien le cabinet de la Ministre de la Culture qui travaillerait sur le sujet… Bref, au final, la communication ressemble de plus en plus à une cacophonie où le gendarme du net à la Française se trouve encore au milieu des tirs croisés.