Hadopi enquête sur le clone de Zone-Téléchargement

Vous vous souvenez certainement que l’année dernière, en novembre, le site Zone-téléchargement fermait. 7 personnes, les administrateurs principaux, avaient d’ailleurs été arrêtées.

Mais pourtant, après cette fermeture spectaculaire qui avait fait la Une, quelques jours plus tard seulement, un clone de Zone-téléchargement apparaissait.

Bien évidemment, si ce « retour » a donné le sourire à bien des pirates, les autorités et notamment Hadopi on rit jaune…

Le gendarme du net à la française à donc décidé d’enquêter sur cette résurrection… Hadopi a surveillé attentivement le nouveau Zone-Téléchargement. Voici les conclusions.

Le nouveau Zone-Téléchargement déjà le numéro 1 en France

Il en aura pas fallu beaucoup pour que le clone de Zone-Téléchargement s’impose à la première place des sites de partage en France. En réalité, il aura fallu tout juste 6 mois.

Forcément, une telle popularité attire l’attention. Hadopi a donc décidé de mener son enquête. Preuve que le gendarme du net surveille comme bon lui semble le réseau.

Si vous souhaitez garder votre vie privée confidentielle, il est donc recommandé de passer par un VPN comme Hidemyass, VyprVPN et NordVPN. Comme ça au moins personne ne peut vous ficher et observer vos faits et gestes sur la toile.

Alors qu’a donc Hadopi à nous apprendre sur ce nouveau Zone-Téléchargement ?

Tout d’abord que l’ancien site n’aurait rien à voir avec le nouveau. Autrement dit, le site originel n’aurait pas transmis sa base de données au clone. Ce dernier n’aurait fait que récupérer le design général du site et bien évidemment son nom.

C’est grâce au nom ou pour mieux dire « la marque » que le nouveau site a ainsi pu récupérer un tel trafic. C’est ce nom populaire qui a permis au clone de se hisser à la première place du classement des sites de warez français en seulement quelques mois.

Une question nous vient forcément à l’esprit : si l’ancien Zone-Téléchargement n’a pas partagé sa base de données avec le clone, comment le nouveau site est-il né ? Où est-il parti chercher son contenu pour le mettre en ligne ? Cette réponse Hadopi nous la donne, elle est plutôt surprenante.

Lorsque Hadopi mène l’enquête sur le nouveau Zone-Téléchargement

D’après les conclusions du rapport de la Hadopi, le clone mettrait à disposition du public pas moins de 76 000 contenus. Le tout aurait été mis en ligne en moins de 6 mois ! Comment cette prouesse est devenue réalité ?

D’après la Hadopi, seulement 14 comptes auraient été utilisés pour uploader l ‘ensemble de ce contenu !

Face à un tel constat, Hadopi affirme donc que le nouveau Zone-Téléchargement n’a rien à voir avec un site de partage où l’on échange de la culture. Il s’agit en réalité d’un site clairement organisé, telle une entreprise.

Sa vocation est de faire de l’argent. Les contributeurs sont en effet très restreints mais aussi très actifs. Ce sont donc eux qui doivent se partager le butin généré notamment par les pubs.

Face à un tel constat, Hadopi semble donc bien dépassée. Les ayants droit aussi doivent se mordre les doigts. On comprend donc pourquoi une réforme de la fameuse riposte graduée est envisagée. Un système d’amende serait actuellement à l’étude.

Et quand on sait que le partage via le protocole P2P ne représente aujourd’hui qu’une partie infime du piratage… On se demande pourquoi l’Etat continue à dépenser des millions pour des résultats aussi vains !

Le téléchargement direct et plus encore le streaming, système contre lesquels Hadopi ne peut rien, sont largement majoritaires aujourd’hui.