Hadopi : bilan d’activité du flic du net pour l’année 2016/2017

Hadopi is a french law that regulates internet censorshipLe fameux rapport d’activité du flic du net à la française vient de tomber. Hadopi a en effet publié son bilan pour l’activité 2016/2017.

C’est pour nous l’opportunité de voir comment va s’orienter la lutte contre le piratage en France.

Quelles mesures vont être adoptées ? Comment se porte la riposte graduée de manière plus générale. Voici ce que l’on peut conclure…

Un champ d’action élargi pour la Hadopi

Visiblement, les missions de la Hadopi vont s’élargir. Pour le moment l’institution se concentre en effet sur les internautes qui téléchargent des torrents via le protocole P2P.

Autrement dit, ceux qui se connectent sur des plateformes d’échange sans utiliser un VPN par exemple. En effet grâce à NordVPN, Hidemyass ou VyprVPN, vous avez la possibilité de modifier votre adresse IP. Par conséquent, Hadopi n’est plus en mesure de vous identifier.

Pour le moment Hadopi n’est en effet pas en mesure de sanctionner les internautes qui passent par des plateformes de téléchargement direct.

Même remarque pour ceux qui regardent des films en streaming. Le flic du net ne peut pour le moment rien faire contre cette forme de piratage non plus.

Or c’est le streaming aujourd’hui qui occupe de loin la première place. Et c’est donc la nouvelle cible à abattre pour les ayants droit.

Vous pouvez d’ailleurs consulter notre TOP 10 spécialement dédié aux sites de streaming. Visiblement la Hadopi serait donc actuellement en train d’étudier la manière de sanctionner ces pratiques aussi.

Hadopi sanctione de plus en plus

L’autre fait marquant de ce bilan c’est l’activité du gendarme du net en soit. A la Rue du Texel, le rythme s’est considérablement élevé.

Et l’on sanctionne de plus en plus ! Ainsi entre juin 2016 et juillet 2017, pratiquement 900 dossiers ont été transmis à la justice ! L’année précédente c’était 600.

Une augmentation de pratiquement 30 % donc. Mais ce qui attire plus encore notre attention c’est le bilan global. On peut ainsi lire dans le rapport que depuis sa création, l’institution a transmis environ 2000 dossiers à la justice.

Si on lit donc entre les lignes, on se rend compte qu’en un an, c’est donc presque la moitié des dossiers qui sont arrivés devant les tribunaux.

Et plus des ¾ au cours des deux dernières années d’activité. La Hadopi semble donc avoir finalement trouvé son rythme de croisière…

De plus, sur ces 899 dossiers qui ont abouti devant les tribunaux, 189 d’entre eux se sont conclus avec une sanction pénale. Là encore il s’agit d’un record.

Reste donc à voir l’année prochaine si ce rythme aura été maintenu et si des nouvelles représailles auront finalement été mises en place contre les consommateurs de streaming.