Hadopi forcée de modifier la publication de ses données

Hadopi is a french law that regulates internet censorshipLa pertinence de l’activité de la Hadopi est souvent remise en cause. Remise en question qui se justifie d’ailleurs complètement.

Et visiblement les interrogations relatives au bien-fondé de l’institution ne vont certainement pas cesser de si tôt.

En effet, la Rue du Texel est désormais contrainte de publier les données brutes de son activité. Une petite révolution dans la manière de traiter l’information… et si inefficacité il y a, elle sera plus difficile à masquer !

Hadopi joue avec les chiffres… ?

Jusqu’à présent la Hadopi détaillait de manière plus ou moins régulière son activité. Mais les publications chiffrées de son activité n’étaient en réalité pas vraiment utilisables. Présentées sous la forme de tableau voire de graphique généré par un tableur, ces informations étaient inexploitables.

Dans ces conditions, impossible d’effectuer sa propre analyse. Pas facile en effet de réaliser ses propres comparaisons. Il faudrait rentrer toutes ces données une à une dans un nouveau tableur.

Travail d’autant pus fastidieux qu’inutile car la Rue du Texel ne publie plus ses premiers résultats. Ils remontent à 7 ans déjà et sont donc mis de côté…

Dans un tel contexte pas facile d’appréhender l’activité réelle du flic du net. Mais les choses sont finalement en train de changer.

Nouvelle loi numérique oblige. Pour les internautes par contre, toujours la même consigne. Utiliser un VPN comme NordVPN, Hidemyass ou [ VPN_3] afin de bénéficier d’une connexion anonyme, libre et sécurisée.

Le tout en un seul clic. Il faut en effet savoir que le net en France est lui aussi censuré. Preuve en est de nouveau avec le blocage de l’accès à The Pirate Bay mis en place par les FAI. Sans oublier bien évidement les boîtes noires qui sont rentrées en activité.

Plus de transparence grâce à la nouvelle loi Numérique

Grâce à la nouvelle loi Numérique mise en place par Axelle Lemaire, les choses vont donc changer. Hadopi sera tenue à plus de transparence.

La société civile a en effet désormais le droit d’avoir accès à des informations exploitables provenant des institutions.

Comme on peut le lire dans l’article 300_4 du Code des Relations entre le Public et l’Administration (CRPA), nous pouvons désormais demander la publication d’un document administratif tel que rapport, statistique, code source, etc. C’est donc ce qui a été fait avec cette demande CADA.

Et toujours en s’appuyant sur le CRPA et en conformité aux exigences de l’Open Data, les données ainsi publiées dans ce document administratif doivent être réutilisables, ouvertes et exploitables par tout système automatisé.

Il aura fallu attendre 3 semaines pour que ces données soient donc finalement publiées sur le site de la Hadopi. Elles le seront bientôt également sur le site de données du gouvernement précise le gendarme du net.

On peut donc y lire l’ensemble (ou presque) des données chiffrées relatives à la fameuse riposte graduée. Les chiffres sont présentés pour la première fois donc de manière brute.

On peut y suivre mois par mois l’évolution de la riposte… Le nombre d’avertissements du premier et du second degré est ainsi précisé de manière mensuelle.

Même chose pour le nombre de dossiers qui ont finalement été transmis au Parquet. Impossible par contre de connaître les suites judiciaires de ces dossiers de manière précise informe la Hadopi.

N’étant pas produit en interne, l’institution n’a pas les données détaillées. Les résultats sont donc publiés de manière cumulées jusqu’à fin novembre 2017.

Grâce à toutes ces informations désormais disponibles, les critiques vont certainement se multiplier.

Voici le meilleur VPN de l'année 2018:

Meilleur VPN 2018

[ P2P autorisé • Bitcoins acceptés • Politique d'absence de journaux • Onion over VPN ]

Visitez le site

Garantie satisfait our remboursé dans les 30 jours

Lisez le test
["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]
["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]