Site de téléchargement : 5 ans de prison pour l’administrateur

hands in jailÇa ne s’est pas vraiment passé comme il l’espérait… Au mois de septembre dernier le propriétaire de plusieurs site de téléchargement s’était personnellement présenté aux autorités !

Mais sa stratégie pour espérer alléger sa peine n’a pas vraiment fonctionné.

L’administrateur a ainsi été condamné à 5 ans de prison ferme et une lourde amende. Un échec cuisant…

Plus de 640 000 euros d’amende pour le propriétaire du site de téléchargement

La démarche d’ Arthur Sargsyan est des plus singulières. L’homme s’est en effet présenté de son propre chef au commissariat. Il y a plaidé coupable d’avoir enfreint les droits d’auteur.

Et pour cause. Arthur était en effet le gérant de plusieurs site de téléchargement : ShareBeast, Albumjams, Newjam, entre autres. Et visiblement il s’agissait de gros morceaux.

D’après la RIAA, un peu l’équivalent de notre SACEM ou Hadopi aux Etats-Unis, le site Albumjams ainsi que le site ShareBeast représentaient tous les deux une « énorme bibliothèque » de contenus musicaux. Aussi bien des albums que des titres de chanson.

Les autorités américaines connaissaient bien les deux sites en question. Les plateforems d’échanges partageaient une quantité impressionnante d’œuvres artistiques et cela parfois même avant leur sortie officielle.

De nombreux internautes protégés par leur VPN comme NordVPN, Hidemyass ou VyprVPN avaient en effet l’habitude de s’y rendre.

Finalement le FBI avait fermé ces deux sites, Albumjams et Sharebeast en 2015. Deux ans plus tard. Leur propriétaire s’est donc présenté devant les autorités.

L’homme en question espérait ainsi avoir une sorte de remise de peine, ou du moins un jugement plus clément… ça n’a pas vraiment fonctionné comme il l’espérait.

Arthur Sargsyan a en effet été condamné à 5 ans de prison ferme auxquels s’ajoutent encore 3 années de liberté conditionnelle avec bracelet électronique. Mais ce n’est pas tout : une amende de 642 000 dollars vient aussi compléter le tableau !

Des avertissements restés sans réponse

Visiblement les sites que possédaient Arthur attiraient beaucoup de monde. Et par conséquent beaucoup d’argent aussi. Et bien évidemment une telle popularité a aussi attirée l’attention des ayants droits.

La RIAA aurait donc envoyé bien des courriers à l’administrateur. Sur trois ans, des centaines de lettres informant que les sites violaient les droits d’auteur ont ainsi été adressées.

Un avocat a déclaré que l’utilisation de ces sites n’avait qu’un seul but : générer de l’argent.

L’administrateur aurait ainsi été avertis à de nombreuses reprises, sans succès. Au final, le voilà avec une très lourde condamnation et une très importante amende. Il aurait sans aucun doute dû resté dans l’ombre…

Voici le meilleur VPN de l'année 2018:

Meilleur VPN 2018

[ P2P autorisé • Bitcoins acceptés • Politique d'absence de journaux • Onion over VPN ]

Visitez le site

Garantie satisfait our remboursé dans les 30 jours

Lisez le test
["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]
["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]