Ouganda Taxe les Réseaux Sociaux

Depuis plus d’une semaine, l’utilisation des réseaux sociaux en Ouganda est devenue une activité imposable, avec les utilisateurs de Facebook, Whatsapp, Twitter, Tinder et des dizaines d’autres services tous touchés par la nouvelle législation.

Les consommateurs ont alors inondé les services VPN comme NordVPN, Hidemyass et VyprVPN pour éviter ce nouvel assaut sur leurs petites tirelires, l’utilisation de VPN est montée en flèche.

En réponse, le gouvernement a déclaré qu’il ordonnerait aux fournisseurs d’accès à Internet locaux de commencer le blocage des VPNs.

On dit que la mort et les impôts sont les 2 seules choses certaines dans la vie. Nous finissons tous par expirer et dans la plupart des pays civilisés, il est presque impossible d’éviter des prélèvements sur tout, et surtout n’importe quoi. Des biens et services aux carburants essentiels.

En tant qu’utilisateurs d’Internet, nous payons également des taxes sur nos factures de FAI, mais que se passe-t-il si le gouvernement intervenait et imposait également certaines activités en ligne ?

Depuis le 1 juillet, c’est maintenant la triste réalité en Ouganda après que les autorités aient introduit une taxe controversée sur les personnes utilisant des dizaines de services Internet, y compris Facebook, WhatsApp, Twitter, Google Hangouts, et Instagram.

Adoptée en mai par le parlement ougandais, la législation impose aux fournisseurs de services Internet locaux de bloquer un large éventail de plateformes de réseaux sociaux et de télécommunication jusqu’à ce les abonnés paient un forfait de 200 shillings (0.051 $) par jour.

Alors qu’un peu moins de 19 dollars par an ne semble pas beaucoup, le revenu par habitant s’élève à 600 dollars et des millions d’Ougandais survivent avec moins d’un dollar par jour.

 

Dans une déclaration conjointe, les fournisseurs d’accès Internet MTN, Airtel et Africell ont informé leurs clients que les services énumérés ci-dessus seraient bloqués jusqu’à ce le paiement soit effectué.

Le paiement doit être effectué à l’avance via les téléphones mobiles, avec un petit rabais disponible si les clients payent un mois à l’avance.

« L’accès sera accordé pour 24 heures, de minuit à minuit du même jour si le client a payé pour un seul jour. » Est stipulé dans l’avis.

Bien que ce type d’insposition semble unique, le désir des gens d’éviter les taxes est universel. Dans ce cas précis, cela est facilement réalisable en utilisant un VPN, car ils sont capables de contourner les restrictions des fournisseurs d’accès placées sur les sites listés ci-dessus.

En conséquence, les VPNs sont soudainement à la pointe de la mode en Ouganda, avec des recherches atteignant un sommet historique sur Google.

 

Mais avec les Ougandais qui restaurent leur liberté en ligne en masse, le gouvernement n’est pas heureux à la perspective de perdre ses revenus.

Quelques heures après que les VPNs aient gagné en popularité, le gouvernement est intervenu pour faire quelque chose.

Dans un communiqué, le directeur exécutif de la Commission des communications de l’Ouganda, Godfrey Mutabazi, a déclaré que les fournisseurs de services Internet seraient condamnés à bloquer les VPNs afin d’empêcher les citoyens d’éviter la taxe sur les réseaux sociaux.

Mutabazi a déclaré à Dispatch que les FAI prennent déjà des mesures pour empêcher les VPNs d’être accessibles, mais comme il y en a tellement, il ne sera pas possible de les bloquer tous.

En attendant, le gouvernement tente de présenter les VPNs comme plus coûteux à utiliser que les tarifs de la taxe. Dans un poste sur Facebook ce matin, Mutabazi a promu la taxe comme l’option économique la plus raisonnable.

« Je pense qu’il est très imprudent de penser que l’utilisation d’un service VPN reste moins chère que de payer la taxe de 200 Shs, parce que la consommation de données sous VPN est très élevée, et vous êtes certainement conscients de cela. Nous avons une technologie qui peut bloquer les services VPN afin que personne n’esquive les taxes. Différents systèmes VPN continuent d’avoir des »  

Bien que cela puisse être le cas, il semble que de nombreux Ougandais soient indignés par la perspective d’une nouvelle taxe et considèrent l’utilisation du VPN comme une protestation, malgré tout coût supplémentaire.

Les figures de l’opposition ont déjà appelé à un boycott avec le soutien venant de tous les coins et couches de la société. Le gouvernement semble toutefois indifférent.

« Si nous taxons l’essentiel comme l’eau, pour pas les réseaux sociaux ? Cette taxe améliorera la connectivité. Tout est une question de connectivité. » Déclare Frank Tumwebaze, ministre des Technologies de l’information et des Communications.

Les citoyens qui tentent d’accéder à Facebook, Instagram et Twitter ont une fâcheuse tendance de ne pas être d’accord avec l’opinion du gouvernement.

Voici le meilleur VPN de l'année 2018:

Meilleur VPN 2018

[ P2P autorisé • Bitcoins acceptés • Politique d'absence de journaux • Onion over VPN ]

Visitez le site

Garantie satisfait our remboursé dans les 30 jours

Lisez le test
["; color: #fff; }html div#om-rpvgsdma7phmtl9wqvfm .indianapolis .pop_wrap ul::after { content: "]
["; color: #fff; }html div#om-rpvgsdma7phmtl9wqvfm .indianapolis .pop_wrap ul::after { content: "]