Aurous vs RIAA: RIAA refuse une solution à l’amiable

Radio station. Live Stream.

Arrivé sur le marché il y a un mois seulement, le logiciel de recherche de musique Aurous développé par Andrew Sampson est maintenant embourbé dans un conflit houleux avec le groupe de défense des droits d’auteurs RIAA.

Le groupe maintient que le logiciel porte atteinte aux droits d’auteurs des tubes qu’il rend disponible.

Les labels impliqués dans l’affaire n’ont par ailleurs pas hésité à requérir qu’un ordre de restriction soit initié à l’égard des activités du logiciel « pirate ». Ce qui semblait être une affaire pouvant être réglée à l’amiable prend maintenant des tournures plus dramatiques.

Aurous répond à l’attaque par la feinte

Sous requête de certains plaignants (Atlantic Records, Warner Bros, UMG, Sony et Capital Records), un ordre de restriction temporaire (TRO) a été imposé à Aurous pour cause d’atteinte au copyright.

Pour réponse, Sampson et son groupe ont demandé une rallonge qui s’est suivie de la publication du code source « back end » du logiciel à controverse.

Cela a eu pour résultat d’enrager ces derniers qui voyaient déjà d’un air suspicieux la demande de rallonge de l’accusé.

Coulant par le fond

Considérant l’acte d’Aurous comme une enfreinte délibérée du TRO qui lui a été imposé, les labels plaignants décident de lui mener la vie dure.

Ainsi, après que la cour eut rejeté la requête du groupe, son représentant légal  affirme que son client est prêt à satisfaire toutes les exigences de la cour.

Il rajoute que la récente fuite du code source était un accident et que ce code datait d’ailleurs d’une version antérieure du logiciel.

Entre-temps,  le client continue à proclamer que le logiciel ne porte nullement atteinte aux labels et respecte la législation relative au Copyright.

Désintéressé par ce cessez-le feu, les plaignants exigent qu’une lourde amende soit imposée au groupe et que soient fournis les détails relatifs à la « fuite » du code source du logiciel sur Github (où, quand et qui y a eu accès).

Le VPN à la rescousse du menu fretin

En attente du dénouement de cette affaire, chaque personne désireuse de poursuivre un téléchargement libre et sans restrictions devra être sur ses gardes car bien que  les institutions de défense des droits d’auteur telles que la RIAA ou la Hadopi ne vise que les gros poissons pour l’instant, il ne saurait tarder avant qu’elles ne portent leur attention sur le menu fretin.

La meilleure précaution dans ce cas est de sécuriser sa connexion ou de masquer son IP. Pour ce faire, un VPN tel qu’NordVPNHidemyass ou VyprVPN est parfait.

Avec, vous pourrez contourner toutes sortes de restrictions, télécharger anonymement, streamer sans risque… Pour un Internet plus libre, le VPN est la solution qu’il vous faut.

Voici le meilleur VPN de l'année 2018:

Meilleur VPN 2018

[ P2P autorisé • Bitcoins acceptés • Politique d'absence de journaux • Onion over VPN ]

Visitez le site

Garantie satisfait our remboursé dans les 30 jours

Lisez le test
×

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies

["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]
["; color: #fff; } .pop_wrap ul::after { content: "]